Embaucher un apprenti pour un CESA

Bonjour

Bous allons embaucher un apprenti pour un entrepreneur en CESA. Une coopérative aurait elle créé un document qui contractualise la responsabilité et les engagements de l'entrepreneur?

Benoît, Toerana Habitat

Nous l'avons fait l'an dernier : nous n'avons rien  formalisé, comme souvent chez nous, ce qui n'est pas du tout une bonne idée.

Je pense que l'idéal serait de mettre en place une petite convention où l'entrepreneur a conscience que le salaire de l'apprenti passe avant le sien. Nous avions chez nous de toutes façons l'idée que si l'activité ne fonctionnait plus chez cet entrepreneur, d'autres pouvaient proposer des missions au jeune : c'était un paysagiste et nous en avons 7 à la coopérative, nous ne prenions pas beaucoup de risque.

D'une manière générale, ce cas a eu un impact sur notre organisation interne, puisque que c'est le collectif qui est engagé sur ce contrat : si l'entrepreneur ne peut pas payer le jeune, la coopérative, donc le collectif doit le faire. A l'AG suivante, nous avons donc mis en place un Comité d'éthique pour valider ce genre de décision qui concerne tout le monde. Nous avons depuis recruté une personne en CDD pour un remplacement congé maternité dans la même logique. Le Comité d'éthique a validé la demande.

Bonjour, 

nous avons des cdd régulièrement et un apprentis en ce moment.

C'est une question qui est dans les tuyaux mais sur laquelle nous n'avons pas encore formalisé. Nous avons l'idée d'une charte d'engagement réciproques qui aurait pour objectif de faire un support d'accompagnement à la posture particulière d'encadrement du personnel et qui permettrait de vérifier/completer les compétences de base de l'entrepreneur-e en matière sociale.

Une charte équivalente est aussi prévu pour l'accueil des stagiaires.

Dans tous ces cas, nous demandons à ce que l'entrepreneur-e ait un équivalent horaire mensuel au moins égal au temps de présence du stagiaire/salarié/apprenti.

Bonjour,

Nous accueillons deux apprentis pour des ESA. Nous n'avons pas formulé de document écrit concernant la priorité du salaire de l'apprenti. A voir les limites juridiques .

 Par contre, nous avons constitué un dossier pour valider l'accueil et les conditions de recrutement d'un apprenti + l'obligation de faire un formation de tuteur.

Bonjour à tous,

Ce post date un peu maintenant. je le relance car un de nos ESA souhaite accueillir un apprenti. Depuis les 1332 jours, est ce qu'il y a des cae qui continuent d'accueillir des apprentis ? y a t il eu des documents de travaillés ? merci à vous, Philippe

Bonjour,

Nous signons "régulièrement" des contrats d'apprentissage. Actuellement il y en a 5.

C'est certain que la coopérative est engagée, so/sa dirigeant.e aussi qui est l'employeur. Nous avons eu dernièrement une situation compliquée à gérer suite conflit entre un entrepreneur et son apprenti, non respect des temps de travail... nous avons réuni les protagonistes, les parents, le CFA pour décider( ensemble de la poursuite ou pas du contrat et à quelles conditions.

J'ai envie de dire qu'on s'engage comme lorsqu'on signe un contrat LLD pour un véhicule : et si l'entrepreneur arrête son activité en cours de route? J'ai tendance à penser qu'on peut alors chercher et trouver des solutions en interne. Si ça n'est pas le cas, on rompt le contrat et le cout est supporté par l'activité de l'entrepreneur... et si celle ci ne peut le faire, par l'entrepreneur lui même... et s'il ne veut le faire nous lançons une procédure de recouvrement à son encontre parce que c'est inscrit ainsi dans le CAPE et le CESA.

C'est ici nos procédures et notre philosophie. En théorie ça marche mais il n'y a qu'en théorie que tout est parfait. Cela pour dire que ceci étant dit, écrit et mis en oeuvre, il me semble important que nous sachions prendre des risques mesurées avec les entrepreneurs pour leur permettre de développer leur activité. Je crois aussi que la charte des valeurs signée, l'accompagnement personnel, la dynamique et l'esprit coopératif renforcent la responsabilité de chacun.e.

Même un entrepreneur salarié associé et mobilisé peut avoir un accident de parcours (volontaire ou pas), peut décliner ses engagements... dans ce cas notre référentiel de discussion et procédure, reste le contrat qui nous lie.

 C'est ici modestement notre pratique où nous apprenons tous les jours!

Bonjour,

nous avons exactement les mêmes pratiques et la même façon de voir chez Habitat Eco-Action que chez Toerana (voir réponse de Benoit Boulnois).

Nous avons actuellement 1 contrat d'apprentissage et nous avions aussi un contrat de professionnalisation.

L'entrepreneur qui encadrait (et assumait le salaire) le contrat pro a du arrêter son activité de manière précipitée. Nous avons proposé au contrat pro de poursuivre avec d'autres entrepreneurs (même activité de charpentier), il a préféré arrêter lui aussi.

De notre côté, nous sommes très volontaristes pour accueillir des stagiaires, apprentis,... ce sont plutôt les entrepreneurs qui n'osent pas franchir le cap...

Nous avons aussi expérimenté des stages longs rémunérés répartis et encadrés par plusieurs entrepreneurs.

 

Pierre Driollet

Ok. Merci pour vos réponses. Je vais écrire la théorie et passer à la pratique !

Merci pour vos retours , nous allons nous également nous pencher là-dessus.

En effet les demandes des entrepreneurs en CESA pour avoir des apprentis , avec les aides actuelles , sont de plus en plus nombreuses.

 

Bonjour,

Depuis 1332 jours, nous accueillons toujours régulièrement des apprentis (3 à ce jour) et n'avons toujours rien formalisé.

Si vous avez des retours d'expérience concrets, ça nous intéresse.

A noter : notre tout premier apprenti (2015) est aujourd’hui entrepreneur salarié, associé à un autre entrepreneur que son maître de stage.

 

 

Bonjour,

Si il y a des retours d'expérience à ce jour, je suis preneuse !!!!!! Merci pour ce groupe d'échange.

Nous commencons à avoir des demandes car il y a des aides qui vont dans ce sens. Et actuellement, il n'y a pas de modèle :-)